Quel type de granulats pour une couche de forme ? 

La couche de forme est une épaisseur de la chaussée. Elle est située entre la partie supérieure du terrassement et la couche d’assise. L’épaisseur de la couche de forme est à définir selon plusieurs critères dont la nature du projet,  l’objectif de compactage à respecter,  la couche de protection éventuelle et les dispositifs éventuellement associés (drainage), l’exigence en termes de pente et d’altimétrie,

Quel type de granulats pour une couche de forme ? 

La couche de forme est une épaisseur de la chaussée. Elle est située entre la partie supérieure du terrassement et la couche d’assise. L’épaisseur de la couche de forme est à définir selon plusieurs critères dont la nature du projet,  l’objectif de compactage à respecter,  la couche de protection éventuelle et les dispositifs éventuellement associés (drainage), la nature des matériaux avec ou sans traitement à mettre en œuvre, l’exigence en termes de pente et d’altimétrie et la classification de la plateforme visée.

Un détail de la composition de la couche de forme est disponible sur la page “Couche de forme“.

La couche de forme permet notamment d’adapter les caractéristiques aléatoires et dispersées des matériaux qui constituent la partie supérieure du terrassement aux caractéristiques géométriques, mécaniques, hydrauliques et thermiques prises comme hypothèses dans la conception de la structure de chaussée. Les mêmes exigences sont valables pour d’autres constructions telles que les plateformes de bâtiment, les voies ferrées, les voiries à faible trafic.

Les matériaux de couche forme :

La norme NF P 11-300 définit la classification des matériaux naturels utilisables pour constituer les couches de remblais ainsi que les couches de forme.
Le GTR vient ensuite permettre de faire le dimensionnement de la plate-forme (classification, compactage, épaisseur).
 
Le dimensionnement au gel intervient par la suite pour respecter les exigences de résistance au gel défini par le maître d’œuvre. L’optimisation du dimensionnement de la couche de forme est permise grâce au GTS. Il améliore les performances mécaniques des matériaux naturels à l’aide de traitement à la chaux et/ou aux liants hydrauliques.

Les paramètres pour la construction d’une couche de forme :

D’abord, il est important de prendre en compte le classement de la plate-forme en place et la sensibilité au gel des matériaux qui la constituent, mais également l’indice de gel de référence IR.

Les plates-formes sont classifiées selon deux type de critères. Le premier, à court terme, correspond à la classification du sol support ainsi que son état hydrique. Et à long terme, selon la capacité portante ou, à défaut de mesure, les conditions de drainage de ce sol. Elles sont alors classées en 4 catégories : PF1 à PF4.

L’hydrologie et l’hydrogéologie du site sont utiles pour la définition du besoin de drainage. Autant que le climat et les conditions météorologiques prévisibles au moment de la réalisation des travaux.

Il faut prendre connaissance de la nature et l’état des matériaux envisageables pour réaliser la couche de forme. 

Il est nécessaire de prendre en considération les différentes phases de réalisation du projet global, des prévisions en termes de trafic de chantier sur la plate-forme, mais aussi les contraintes environnementales : poussières, bruit, vibrations…

Dans la même catégorie : 

A lire également

  • Couche de forme sous dallage
  • Couche de forme chaussée
  • Couche de forme terrassement
  • couche de forme voirie
  •  

    Matériaux couche de forme